:: Aurora :: Le Sud :: Le métro Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 1 [Ambroisie / Le Faucheur]

avatar
Messages : 18
Date d'inscription : 13/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Oct - 20:28
Le Commencement
Ft. Ambroisie Alba
On avait beau vivre loin, reculé et seul, la ville nous était tout de même utile à un moment ou à un autre. Depuis l'arrivée de ces...dons, j'avais décidé de ne plus aller en cours, de ne plus me montrer. Les gens devaient croire que j'étais parti avec le reste de ma famille d'accueil, et que non, ce n'était pas moi, qui vivait dans ce vieux cabanon à la sortie de la ville. Bref, la ville était utile, et aujourd'hui, le frigo étant vide, j'avais été contraint de me rendre au supermarché, pour revoir les mines horribles et sans émotions des travailleurs, ou des mères de famille, fatiguée et les yeux remplis de problèmes. Je m'étais fait discret, espérant rentrer le plus vite possible, mais, après réflexion, et le soleil étant en train de descendre, je m'étais dit qu'il faudrait un peu profiter de la situation. Alors j'avais rapidement été posé mes courses dans un coin où personne n'aurait l'idée de fouiller, sauf les dealers peut-être, mais ceux-ci s'enfichaient bien de courgettes ou de pommes de terre, avant de choisir mon lieu du jour. Le métro.
J'y étais donc, espérant être le gars chelou, que les mères regardent mal en ordonnant à leurs gosses de venir leur tenir la main. Je m'étais que très peu maquillé: traits noirs sous les yeux, mais pas suffisamment pour que je paresse d'être une fille. Les ténèbres et mon capuchon se chargeraient du reste. L'heure du dernier métro arrivait, et j'allai m'appuyer contre le mur du fond, cherchant ma futur proie. Je su que c'était elle dés qu'elle entra dans mon champ de vision. Allez, soyons chiants, et empêchant là de prendre le métro. J'avais cependant une règle, celle qui devait me différencier des ados prépubertaires, puériles et putrides. Je voulais que ce que je dis soit paradoxal avec mon allure, et le ton employé. C'était un peu ma marque de fabrication. Ma règle était donc ça, resté poli, courtois, et dans un premier temps agréable. Seulement dans un premier temps, après on verra. Après tout, j'étais un garçon intelligent, trop peut-être, puisque ça m'avait donné le rôle du bouc émissaire en classe. Il était temps de m'en servir. Après tout, j'étais que débutant dans le domaine que je m'étais créé. Je ne m'étais pas remontré depuis l'arrivée du pouvoir qui courait dans mes veines, et la seule personne que j'avais eu l'occasion d'embêter était une gosse perdue. Pas très palpitant. Pour le moment, il fallait juste que je m'assure de ne pas être le seul dans le cas d'avoir été frappé par un dieu mythologique, m'ayant accordé son don, et que je tâte le terrain, pour être sûr de ne pas me lancer sur une pente menant uniquement dans un précipice.
Bon, la jeune fille, qui était plus âgée que moi, donc pas si jeune que ça, s'était suffisamment approché de moi pour que je passe à l'attaque. Je remis rapidement mes cheveux en place, rajusta ma capuche, et me lançait, fixant mes vieilles chaussures délavées. J'attendis qu'elle me remarque, et qu'un silence s'installe pour le briser ensuite, en demandant.

-Vous pourriez me dire où mène cette rame ?

Oh, je m'en fichais bien, c'était juste un prétexte pour me placer devant elle, lui bloquant plus ou moins l'accès à la porte, même si le métro n'était pas encore là, sans paraître suspect. En effet, d'ici, j'avais vue sur la liste des arrêts, et fis mine de ne pas avoir mes lunettes, et ainsi de ne pas pouvoir lire correctement.  
FICHE PAR DITA | EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 16/10/2017
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Oct - 22:49

Son pas était énergique et résonnait sur le sol dallé du métro. Elle circulait entre les gens avec sa bonhomie habituelle. Il était tard, suffisamment tard pour se mélanger à ceux qui rentrer chez après une dure journée de travail et ceux qui sortaient pour faire la fête. Habituée, elle slalomait souplement entre chaque silhouettes comme des pas de danses savamment retenus et exécutés. Simplement habillée d'un jean taille haute et d'un haut tombant large sur sa fine silhouette, elle avait rangé - si on pouvait dire ça ainsi - son téléphone dans son soutien gorge et portait une sacoche en bandoulière avec le strict minimum à l'intérieur. Ainsi elle ne s'encombrait pas d'un sac à main volumineux et pouvait se mouvoir à sa guise dans la masse mouvante des gens allants et venants dans la bouche de métro.
Ses pas se mêlaient aux autres comme d'habitude. Le quotidien s'enlaçait avec le temps passant et les trajets se ressemblaient. Quand ses pas l'extirpèrent des escaliers encombrés, son visage arborait toujours se petit sourire sympathique qui attirait sur elle divers réaction. De la sympathie pour ceux qui croisaient son regard et lui rendait alors un sourire, de la jalousie pour celles qui sifflaient dans son dos ou encore de la neutralité pour tous ceux qui passaient à côté d'elle sans la voir. Elle traversa le premier hall alors qu'une rame entrait en gare et que les passagers échangeaient leurs place. Il ne resta bientôt plus personne. Parfait. Elle jeta un coup d’œil au prochain annoncé. Ce serait son terminus. Parfait.
Elle reprit sa marche, simplement, et c'est à ce moment là que son regard accrocha une silhouette se glissant dans sa direction. Encapuchonnée, fixant ses chaussures de telle sorte qu'elle ne pouvait pas apercevoir quoique ce soit sous sa capuche, elle ne l'en gratifia pas moins de son sourire avenant et joyeux, un pétillement sympathique illuminant son regard bleu-vert alors qu'elle s'arrêtait à une distance respectueuse. Le silence s'étire comme un chewing-gum tenace et sa tête s'inclina très légèrement sur le côté pour exprimer sa curiosité, délogeant quelques mèches rousses qui glissèrent sur son épaule.

- Vous pourriez me dire où mène cette rame ?

- Bien sur ! - s'exclama joyeusement la femme avant de se tourner vers l'affichage des arrêts.

Elle décrivit les principaux arrêts ainsi que le terminus du prochain métro sans jamais se départir de sa bonne humeur. Elle posa ensuite un regard curieux sur le jeune homme, sa voix ne laissant planer aucun doute concernant son sexe.

- Le métro entrera en gare dans deux minutes, vous monterez pour ce terminus ? - s'enquit-elle simplement par politesse sans pour autant paraître désintéressée par une réponse potentielle.

Les gens autour d'eux leur lançaient des regards en coin qu'il était facile d'ignorer. Pour autant la danseuse lança un regard distrait à l'heure qu'il était alors que le métro entrait bientôt en gare.

- J'espère avoir pu vous aider tout de même. - conclu t-elle en un dernier sourire à son adresse.

Et elle se décala légèrement, jugeant la discussion close alors qu'on pouvait entendre le métro approcher du quai. Elle se tenait droite sur ses longues jambes fuselées, et bien qu'elle demeurait plus petite que l'homme qui l'avait accosté, elle ne percevait toujours pas un indice de qui se cachait sous cette capuche. Elle lui lança un regard à la dérobé, curieuse malgré elle, mais le métro arrivait.


Love u en #CC0033
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 18
Date d'inscription : 13/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 21 Oct - 20:33
Le Commencement
Ft. Ambroisie Alba
L'innocence de la jeune fille me fit sourire. Elle devait être ce genre de fille qui ne remarque pas tous les regards braqués sur elle, ni-même qu'il lui suffirait de lever le petit doigt pour se retrouver dans le groupe des personnes populaires. Car elle était belle, vraiment, et si je le constatais, alors tout le monde l'avait déjà remarqué. Pourtant elle ne semblait pas hautaine comme toutes ces filles qui se trémoussent en talons hauts, et qui te regarde avec leurs regards qui te donne envie de leur arracher leur tête. Non, la fille qui se tenait devant moi avait du être l'amie loyale mais exploitée, trop généreuse pour pas qu'on en profite. J'en fus témoin d'ailleurs, de son innocence, car elle se déplaça pour atteindre le métro. Rapidement et agilement, je retournai me placer devant elle, l'empêchant de faire un pas de plus. Je ne voulais pas qu'elle croie que je l'abordais uniquement car elle était belle et jeune. Non, je l'avais choisie car elle avait ce petit air de fille soumise.

-Dis moi, tu fais quoi ici à cette heure? Il y a des gens pas nets qui traînent dans l'coin.

Genre moi, mais ça je m'abstiens de le dire, elle l'avait déjà sans doute remarquer. Combien de fois avait-elle été approchée à cause de son physique ? Comment lui montrer que ça, je m'en enfichais. J'étais pas le beau gosse qui faisait rêver les filles, alors je n'allais pas juger. Je ne voulais pas passer pour le gros pervers non-plus, ça ne devait pas devenir salir mon surnom. Non, j'allais pas lui faire des attouchements, elle devait juste avoir peur, peur que je la vole, la blesse ou juste embêtée de ne pas avoir pu prendre ce dernier métro. Les filles étaient souvent plus facile à inquiéter, car on les avait conditionné dés leur naissance pour qu'elles croient être plus faibles, dépendantes des hommes. Alors oui, la plupart de mes proies seraient sans doute du sexe opposé du mien, mais uniquement car je les trouvais plus divertissantes. Je plantai à nouveau mon regard dans les yeux verts de mon interlocutrice. A quoi pensait-elle? Commençait-elle à comprendre que je m'en fichais bien du dernier arrêt de la ligne, et que je n'allais pas répondre à sa question, sans doute rhétorique.  
FICHE PAR DITA | EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 16/10/2017
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 22 Oct - 0:56
La nouvelle apparition de son interlocuteur lui fit faire deux pas en arrière, surprise malgré elle.

- Dis moi, tu fais quoi ici à cette heure? Il y a des gens pas nets qui traînent dans l'coin.

Elle haussa un sourcil alors qu'un sourire malicieux dévoilait ses dents blanches. Elle sonda la légère foule qui devenait plus compacte à mesure que le métro approchait et sembla sérieusement réfléchir à une réponse pour l'homme dont les intentions et la présence implacable étaient... pour le moins nettes. Elle frémit légèrement. Qu'avaient-dis ses frères déjà ? De ne pas s'attirer d'ennuis. A cette pensée, elle sembla s'illuminer de l'intérieur alors qu'elle gloussait très légèrement.

- C'est un aveu ? - questionna t-elle d'une voix claire, portant comme toujours facilement par dessus le brouaha. Elle avait cette habitude de parler haut et clair pour ne pas avoir à répéter ses phrases. Ses yeux pétillèrent alors qu'elle reprenait - Je me rend à un de mes boulots. C'est plus rapide d'y aller en métro d'ici. - expliqua t-elle simplement comme si elle parlait de la pluie et du beau temps.

Les freins du métro lui firent lever les yeux sur la bouche du tunnel où les phares du véhicule étaient visible. Elle adressa un sourire d'au revoir au jeune homme mais il lui bloquait la route, imperturbable. Il se présente comme plus grand qu'elle et d'allure plus forte. Elle fronça les sourcils, embêtée. Elle n'avait pas prévu d'être en retard elle faisait des efforts depuis quelques temps pour ne pas être en retard à ses boulots comme elle avait pu l'être en cours dans sa jeunesse. Mais pouvait elle honnêtement se permettre de tourner le dos à cet homme ? Elle aimait se dire que les gens avaient bon fond. Et que si ils venaient au final à ne pas en avoir, elle leur aurait au moins laissé leur chance au début.
Elle croisa le regard de son interlocuteur et elle capitula, ne cherchant pas à le passer. Elle n'avait pas été élevé dans la confrontation. Non, elle avait été choyé et protégé. C'était ses frères qui enchaînaient les conneries et les trucs impressionnants tout en lui interdisant d'en faire de même. Et la voilà aujourd'hui, vilaine femme, à désobéir à sa famille. Elle ne lâcha pas les yeux abyssaux qu'elle voyait faiblement luire et lui offrit un sourire bienveillant, ses yeux transmettant cet amour qu'elle ressentait sans pouvoir s'en empêcher pour toutes les personnes qu'elle rencontrait.

- Et sinon tu me veux quoi réellement ? Ah. Et je te tutoies hein, comme tu ne t'imposes plus la peine d'instaurer une distance entre inconnus, je prend mes aises ! - déclara joyeusement Ambroisie alors que le métro quittait le quai, la laissant avec presque personne si ce n'est son interlocuteur et deux trois gens qui soit restaient à faire seul dieu sait quoi, soit quittaient les lieux.

Elle jeta un coup d’œil rapide à sa montre et retint un juron coloré. A la place, une exclamation alarmée lui échappa.

- Mais je vais être en retard à ce train là moi ! - elle releva vivement son regard sur lui et se fit pressente alors qu'elle imaginait déjà le regard désapprobateur de son employeur habituel - Sois bref je suis pressée maintenant. - justifia t-elle en trépignant sur place, son corps s'orientant vers la sortie du métro - Tu n'as qu'à m'accompagner à la sortie si tu es si inquiet pour moi et les mauvaises rencontre que je pourrais faire. - taquina tout de même la femme, incapable de se sentir menacée par l'homme pourtant très inquiétant qui lui faisait face.


Love u en #CC0033
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caused by Blood  :: Aurora :: Le Sud :: Le métro-
Sauter vers: